On estime que le tiers environ de la population tsigane d’Europe a péri dans les camps nazis. Soit près de 500 000 Gitans assassinés. Un génocide quasiment oublié.

En France les tsiganes et voyageurs ont été internés dans des camps qui ont été ouverts en 1939 à une période (début de la guerre) où l'on se méfiait des personnes qui circulaient. Les camps français internant les tsiganes n'ont été fermés qu'en janvier 1946, c'est-à-dire 17 mois après la libération de Paris, 8 mois après la fin de la guerre.
Les tsiganes ont partagé l'histoire, les tragédies : ils ont été victimes avec les autres de toutes les intolérances.

 

La population tsigane a été actrice à part entière de l'Histoire de l'Europe.

Le Troisième Reich a eu sa «Centrale de lutte contre les Tsiganes». Renonçant à toute politique d’assimilation, les nazis édictèrent contre eux une politique raciale. D’abord on recensa et enregistra, sur le territoire allemand, tous les Tsiganes à partir de l’âge de six ans. Puis on les classa selon leur degré d’appartenance raciale, interdisant aux enfants d’aller à l’école, les assignant aux travaux forcés à partir de 12 ans. Suivirent la déportation en Pologne et l’extermination.

Aujourd’hui et un peu partout, les politiques d’assimilation n’ont pas mené à l’intégration ou à l’adaptation des Voyageurs. «Le rejet, sous toutes ses formes, reste un élément dominant des relations entre les Tsiganes et leur environnement immédiat. Les tensions, qui ont toujours été vives, entre les communautés tsiganes et leur entourage, ont rapidement tendance à s’exaspérer en conflits; les boucs émissaires sont vite trouvés, et il en résulte pour eux un dur traitement dans une insécurité permanente», écrit Jean-Pierre Liégeois, dans son livre Roma, Tsiganes, Voyageurs.

 

 

holoca2

 

 

 

Poème de Jarko Jovanovic, auteur tzigane,
originaire de l'ex-Yougoslavie, né en 1925.
La plupart des membres de sa famille ont été déportés et sont morts à Auschwitz.
Ce poème est devenu l'hymne des Gitans au Premier Congrès Mondial Romani à
Londres, Angleterre, le 8 avril 1971

 

Levez-vous Roms !
J'ai marché, marché aux longues routes,
J'ai rencontré des tziganes heureux.
J'ai marché, marché au bout du monde,
Et la chance était avec eux.
Ô Rom, toi l'homme, toi l'enfant,
O Rom, d'où êtes-vous venus
Dans vos tentes, sur les chemins de la fortune ?

Où êtes-vous, maintenant ?
Où sont les hommes ? Où, les enfants ?
Comme vous, j'avais une grande famille
Comme vous, les hommes noirs l'ont massacrée.

Venez avec moi, tous les Roms de la terre
Car les routes tsiganes nous sont ouvertes.
Voici l'heure. Debout, Roms !
Nous ferons ce que nous voudrons.
Ô Rom, toi l'homme, toi l'enfant,
Venez avec vos tentes, sur les chemins de la fortune

 

 

holoca1

 

 

 

 

Gitans : Mémoire des victimes d’Auschwitz

 

Le 49ème pèlerinage à Lourdes des Gitans et Gens du Voyage, a été l’occasion de rendre hommage aux victimes d’Auchwitz, dimanche 21 août.

Après la messe internationale à la basilique Saint-Pie X, un dépôt de gerbe « Z » a eu lieu au monument aux morts avec les autorités lourdaises, pour marquer le 60ème anniversaire de la Libération des camps Nazis (Auschwitz-Birkenau...)

Cette année, on a commémoré le soixantième anniversaire de la libération des camps de concentration et d’extermination. Des dizaines de milliers de gitans et de gens du voyage ont connu les horreurs parce qu’ils étaient tziganes : 20 000 d’entre eux sont morts à Auschwitz-Birkenau ! Au cours de leur pèlerinage à Lourdes (du 19 au 25 août), les Gitans et Gens du voyage se sont souvenus de la souffrance de ceux qui les ont précédés, de ceux qui ont été massacrés par les nazis durant la Seconde Guerre mondiale.

A la Grotte de Lourdes, auprès de « la Sainte » (la Vierge Marie), ils ont demandé que cessent les écorchures du racisme qui les blessent encore aujourd’hui. Surtout, en lien avec les Lourdais qui commémoraient dimanche 21 août le soixante-et-unième anniversaire de la libération de leur ville (en 1944), ils ont déposé une gerbe au monument aux morts de la cité mariale. Cette gerbe avait la forme d’un Z pour rappeler la lettre qui était tatouée par les nazis sur les bras des tziganes à leur arrivée dans les camps (tzigane se disant « Zigeuner » en allemand).

En 2004, environ 6 000 à 7 000 personnes ont participé au pèlerinage. On a compté environ 1100 caravanes réparties sur différents terrains : Abadie, Vizens, terrain des Dominicaines, de l’Auxilium, parking du Paradis, Julos, Tydos, terrain à proximité de la cité Saint-Pierre...

 

 

 

holoca3